Christian Homsy, son CEO, nous en livre les détails.



En quoi consiste la leucémie myéloïde aiguë ?

« Il s’agit d’un cancer des cellules de la moelle osseuse qui sont à la base de certaines cellules du système sanguin. Il atteint majoritairement les adultes, avec un âge médian en-dessous de 60 ans, mais aussi, de temps en temps, les enfants. »

 

Comment les traitements ont-ils évolué ?

« Pendant près de vingt ans, ils sont restés palliatifs, pour retarder l’évolution de la maladie. L’an dernier, trois médicaments ont été approuvés coup sur coup, mais il s’agit de traitements de première ligne qui prolongent la survie du patient sans réellement guérir la maladie. »

« Si les patients rechutent ou sont réfractaires au traitement, la durée de vie est souvent inférieure à trois mois. À présent, en alternative à une greffe de moelle osseuse, nous essayons d’apporter des approches plus durables et potentiellement curatives. »

 

C’est-à-dire ?

« Globalement, il s’agit d’éveiller le système immunitaire de patients réfractaires ou en rechute. Baptisée CAR-T, notre approche consiste à prélever les globules blancs d’un patient pour y insérer un gène. Celui-ci va exprimer une protéine capable de reconnaître les cellules cancéreuses. Les cellules reprogrammées du système immunitaire seront alors en mesure de reconnaitre et éliminer les cellules cancéreuses. »

 

Quels résultats avez-vous pu observer ?

« Nous en sommes encore très tôt dans le développement du CAR-T. Toutefois, sur nos dix premiers patients, nous avons obtenu 40 % de réponses complètes, c’est-à-dire d’élimination de la tumeur. Ces résultats sont donc probants. À long terme, cela s’avère très prometteur ! »



En collaboration avec: