Le rhume des foins, star du printemps, fait partie de la grande famille des rhinites. Il en existe différentes sortes : « les rhinites infectieuses, virales, que l’on rencontre surtout en hiver (communément appelées « rhumes ») ; les rhinites allergiques, que l’on rencontre surtout au printemps chez les personnes allergiques au pollen, et enfin les rhinites vasomotrices, hyperactivité nasale », explique le Dr. Jacques Bastin, spécialiste de l’asthme et des allergies.
 

À quoi suis-je allergique ?

Si vous êtes allergique aux pollens, sachez qu’il existe trois saisons de pollens en Belgique : celle de l’allergie aux pollens d’arbres se déclare au tout début du printemps, suivent les rhinites allergiques aux pollens de graminées (la principale cause d’allergie au pollen), de mai à juillet, et les rhinites allergiques aux pollens d’herbacées, plus rares, en août / septembre.
 

Comment calmer l’allergie ?

Pour vous éviter de passer toute la belle saison un mouchoir à la main, des solutions existent :

  • Les traitements symptomatiques : « Ils permettent de soulager le patient dans l’immédiat, via des médicaments antihistaminiques, sprays à base d’anti-inflammatoire pour décongestionner et diminuer l’inflammation au niveau du nez », explique le Dr. Bastin.
     
  • Quelques gestes simples : « Je conseille à mes patients de prendre une douche le soir afin d’enlever tout le pollen qui s’est déposé sur les cheveux, le visage, le front, etc. Je recommande également le port de lunettes de soleil : souvent, la rhinite allergique s’accompagne d’une conjonctivite allergique. En mettant des lunettes de soleil, on pose un écran mécanique de protection devant nos yeux. Enfin, petit geste simple : se fabriquer un petit spray d’eau de mer, de sérum physiologique à s’administrer dans le nez régulièrement pour le nettoyer du pollen qui se dépose à l’intérieur de la muqueuse nasale. »
     
  • Les traitements de prévention : Afin d’éviter d’être embêté l’année prochaine, les vaccins de désensibilisation entrainent une accoutumance de la muqueuse nasale au pollen de graminées afin qu’elle apprenne à le tolérer.