Quel est votre parcours personnel ?

Joachim Gérard : « À 9 mois, j’ai été atteint de la polio à la jambe droite. Malgré cela, mes parents ont toujours fait en sorte que je sois traité comme n’importe quel autre enfant : ils m’ont envoyé dans une école normale, où j’ai même appris à nager à 6 ans, malgré les difficultés. »

Comme en tennis plus tard, vous aviez des aptitudes à la natation ?

J. G. : « Oui, j’ai très vite fait de bons temps dans différentes nages. Je me suis d’ailleurs toujours donné à 100 % - et même à 200 % ! - dans tous les sports pour montrer que, malgré ma jambe, je pouvais passer au-delà. Quand j’ai arrêté la natation, j’avais même atteint les minima pour participer aux championnats du monde. »

Pourquoi avoir arrêté ?

J. G. : « À 12 ans, j’ai été opéré et j’avais des broches dans la jambe. Dès lors, je me suis retrouvé en fauteuil durant 6 mois et je ne pouvais plus aller dans l’eau. Mon père m’a alors proposé de faire du tennis en fauteuil roulant. Avec les années, je l’ai pratiqué de plus en plus, même si la natation continuait d’être mon sport n°1. À 17 ans, j’ai finalement arrêté la natation pour passer au tennis-études. Le problème en natation, c’est aussi le nombre élevé de catégories. J’étais répertorié dans une catégorie qui me désavantageait: j’étais avec des amputés, alors que moi, je devais tirer ma jambe et que, dès lors, j’avais du lest. »

En quoi le sport est-il très important à vos yeux ?

J. G. : « Il m’a permis d’être quelqu’un ! Quand j’étais gosse, j’ai beaucoup pleuré de me sentir ainsi limité. Pratiquer le sport m’a permis de passer outre mon handicap. Mais, sur le plan psychologique, il n’y a pas que le sport. Le fait d’être entouré de personnes valides, de ma famille et de mes amis est très bon. Enfin, que l’on soit une personne valide ou non, le principal, c’est de faire ce qu’on aime. Il faut passer outre nos handicaps éventuels, quels qu’ils soient, et donner le meilleur de soi. La notion de plaisir est fondamentale. Dans mon cas, la douleur et l’effort constituent un véritable plaisir ! Ils produisent des résultats qui ont un impact sur ma vie quotidienne. »