Le point sur la maladie et ses traitements…

Quels sont les symptômes du psoriasis chez un patient ?

Dr Farida Benhadou - Il s’agit d’une maladie inflammatoire de la peau. Elle est relativement fréquente : elle touche jusqu’à 3 % de la population. Malheureusement, la plupart des gens - et même des médecins - la considèrent comme une maladie bénigne. Or, ce n’est pas le cas : hormis les atteintes au niveau de la peau, elle peut avoir des conséquences sur les articulations et provoquer d’autres maladies inflammatoires. De manière générale, le psoriasis se manifeste par la peau qui pèle et, dans la moitié des cas, par des démangeaisons.

Quels sont les différents types de psoriasis ?

F. B. – Le plus fréquent, qui concerne la majorité des patients, est le psoriasis en plaques ou « psoriasis vulgaire ». Il se caractérise par des plaques rouges et squameuses présentes à différents endroits du corps. Certains patients ne sont parfois touchés qu’à un seul niveau : les coudes, le cuir chevelu, les genoux, etc. À côté de cette présentation classique de la maladie, il en existe quelques formes plus rares, comme le psoriasis palmo-plantaire, où seules la peau des mains et la plante des pieds sont atteintes.

Comment la maladie évolue-t-elle ?

F. B. – C’est variable. Un patient n’ayant qu’une seule petite plaque peut très bien vivre avec. Un autre ayant de nombreuses plaques verra sa qualité de vie considérablement impactée d’un point de vue esthétique d’abord et du point de ses relations sociales ensuite. En outre, sur le plan médical, lorsque plus de 30 % de la surface du corps est recouverte de telles plaques, outre les douleurs, les risques de maladies cardio-vasculaires, d’hypertension et autres sont plus importants. Des facteurs extérieurs comme le stress, le mode de vie ou l’environnement favorisent le développement de la maladie.

Quels sont les traitements actuels ?

F. B. – Plus le psoriasis est étendu, plus le traitement est lourd. Le patient n’ayant que quelques petites plaques bénéficie d’un traitement local via des lotions et crèmes, par exemple. Si la zone de plaques est plus étendue ou si le patient ne réagit pas à ce traitement local, on recourt à des traitements systémiques, c’est-à-dire soit des comprimés à ingurgiter soit des UV. Si tout cela ne fonctionne toujours pas, on passe aux biothérapies qui, en régulant l’immunité, permettent d’obtenir des résultats spectaculaires.