Michel Faucher Viégas

Cette maladie chronique sévère provoque l'inflammation et la cicatrisation des poumons. Si elle est toujours incurable, des traitements de plus en plus efficaces voient le jour. Point de vue de Michel Faucher Viégas, patient et Président de l'Association francophone des patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique.

À quels signes avant-coureurs faut-il être attentif afin de détecter la FPI ?

Michel Viegas : « Essoufflement, toux sèche puis grasse et fatigue sont les symptômes les plus courants. Malheureusement, ces symptômes sont trop souvent banalisés et la méconnaissance clinique de cette pathologie entraîne souvent un retard de diagnostic. » 

Comment vit-on avec cette pathologie au quotidien ?

M. V. : « Une fois la maladie diagnostiquée, les habitudes de vie changent complètement. Au moindre effort, la maladie se rappelle à nous. C'est assez lourd à assumer, il faut par exemple anticiper ses déplacements afin d'éviter de devoir courir. »

Où en est le traitement actuellement ?

M. V. : «  La FPI est toujours incurable à ce jour. Toutefois, des traitements existent pour ralentir l'évolution de la maladie et certains d’entre eux peuvent augmenter l'espérance de vie des patients de façon significative.  Il est important de diagnostiquer la maladie le plus tôt possible afin de démarrer le traitement et de ralentir la progression de la maladie tant que celle-ci n'est pas encore à un stade trop avancé. Il est également possible de participer à des études cliniques ou, si le patient a été diagnostiqué avant 65 ans, de bénéficier d'une transplantation pulmonaire. »

Avez-vous bon espoir concernant l'évolution de ces traitements ?

M. V. : « Les firmes pharmaceutiques sont très actives dans la recherche d'un traitement efficace contre la FPI. Si un moyen de guérison complète ne semble pas pour demain, il y a toutefois un réel espoir d’amélioration grâce aux recherches en cours. »