L’urticaire se manifeste par des papules rouges en relief qui se déplacent d’heure en heure et de fortes démangeaisons. L’urticaire aiguë devient chronique quand elle compte plus de six semaines d’évolution.

 

Aiguë ou chronique

L’urticaire aiguë apparaît de manière spontanée au départ mais la cause est relativement évidente. Comme l’explique le Pr Tennstedt, dermatologue aux cliniques Saint-Luc, « ici, les causes les plus classiques sont les piqûres d’insectes, les allergies alimentaires, l’utilisation de certains médicaments - anti-inflammatoires non stéroïdiens, paracétamol, certains antibiotiques, etc. - ou certaines infections aiguës. L’urticaire aiguë disparaît très vite, en quelques heures voire quelques jours. »

L’urticaire chronique est soit spontanée, soit induite. Dans la forme spontanée qui concerne plus de 90 % des patients, la cause de la pathologie est inconnue. Précisons qu’il ne s’agit pas là d’une maladie allergique mais immunologique ; certaines cellules du système immunitaire se dérèglent pour une raison inconnue. Un suivi en dermatologie est souvent requis pour les formes chroniques.

 

Différents Traitements

Généralement, l’urticaire chronique est traitée à l’aide d’antihistaminiques, qui présentent l’avantage de provoquer très peu d’effets secondaires, hormis parfois des effets de somnolence. « Si la pathologie persiste, on peut augmenter jusque quatre fois la dose usuelle prescrite, tout en gardant l’esprit la possibilité de somnolence », précise notre interlocuteur. Parfois, l’urticaire chronique spontanée ne répond pas bien aux antihistaminiques. D’autres traitements sont alors possibles : les antileucotriènes, la cyclosporine - un immunosuppresseur - et surtout le médicament biologique qu’est l’omalizumab, administré par injection.