Les explications du Professeur Eric Van Cutsem, Chef du département d’oncologie digestive à l’UZ/KU Leuven.

 

Comment expliquer la chronicité de certains cancers ?

Eric Van Cutsem : « Lorsqu’un patient est atteint d’un cancer avec métastases, il peut bénéficier de thérapies ciblées. Mais ces traitements ne permettent pas toujours d’éliminer toutes les cellules cancéreuses. Le cancer est donc contrôlé, sans éradication complète. Ce contrôle a énormément évolué ces dernières années et permet au patient de vivre à long terme dans une situation de stabilité. »

 

Le contrôle des métastases a énormément évolué ces dernières années et permet au patient de vivre à long terme dans une situation de stabilité.

 

Quels sont les cancers à tendance « chronique » ?

E.V.C. : « Les cancers du côlon ou du sein sont des maladies où il existe de nombreux traitements possibles, de mieux en mieux maîtrisés. Ils ont donc tendance à devenir chroniques, faciles à surveiller. Au contraire, le cancer du pancréas est très agressif et ses métastases sont difficiles à contrôler. »

 

Comment cette situation est-elle vécue par le patient ?

E.V.C. : « Cette amélioration des traitements représente une belle évolution, mais également un défi pour les patients qui doivent vivre à long terme avec un cancer chronique. La qualité de vie du malade dépendra de la toxicité du cancer, mais également de l’expertise médicale dont il aura bénéficié, de son entourage, etc. En outre, les effets secondaires de certains traitements peuvent être plus agressifs chez certaines personnes que sur d’autres. Il est primordial pour le patient avec un cancer “sous contrôle” de bénéficier d’un suivi clinique optimal et adapté à sa situation. »

 

Où en sont les traitements des cancers digestifs ?

E.V.C. : « De beaux progrès ont été effectués au niveau des traitements, en particulier pour le cancer du côlon. Un patient atteint d’un cancer du côlon avec métastases dispose, au-delà de la chirurgie, de quatre types de traitements : la chimiothérapie classique, les médicaments ciblés, l’immunothérapie et les thérapies locorégionales (comme l’administration de particules radioactives dans le foie). »