Maltraitance psychique - La dévalorisation, la menace, la culpabilisation, le non-respect de l’intimité, le harcèlement, le chantage et l’infantilisation font partie des maltraitances psychiques et psychologiques. La parole comme le geste peuvent être sources de ce que l’on fait subir aux aînés. Ces abus touchent leur identité même, leur dignité et leur estime de soi.

 

Financière - Particulièrement fréquente, la maltraitance financière empêche la personne âgée d’avoir accès à la totalité ou à une partie de ses ressources. L’utilisation illégale de son argent, la spoliation de ses biens, la signature forcée et la procuration abusive en sont quelques exemples flagrants.

 

Physique - Ce type d’abus se manifeste à des degrés de violence divers : coups, gifles, bousculades, etc. Plus insidieusement, cette forme de maltraitance peut aussi se traduire par des soins inadaptés : soins brusques, soins sans information ni préparation, mauvaise manipulation, alimentation forcée, etc. L’utilisation de la contrainte physique, comme le cas extrême d’une séquestration, n’est pas non plus des plus rares.

 

Civique - Comme tout autre citoyen, le senior est un adulte ayant des droits. Malheureusement, le non-respect de ceux-ci est très courant. Exemples : le détournement d’une procuration de vote, la gestion illégale de biens, la limitation de la liberté, la privation d’une pratique religieuse, la confiscation des papiers d’identité, l’atteinte à la liberté du choix thérapeutique.

 

Négligences - Cette forme de maltraitance consiste à ne pas prendre en compte des besoins essentiels du senior, tels que sa nourriture, ses médicaments ou ses soins corporels élémentaires.

 

Agir - Si vous êtes victime ou témoin d’une maltraitance, vous pouvez agir. Des services d’écoute spécifiquement dédiés à la maltraitance des personnes âgées existent dans les différentes régions du pays. Toutefois, avant même de recourir à un tel service, il suffit parfois tout simplement, pour le témoin de pareille situation, d’être à l’écoute du senior, de lui donner des conseils, ou encore de prendre contact avec l’auteur des faits. Lutter contre la maltraitance des seniors, c’est avant tout lutter contre l'indifférence et la résignation !