Prof. Eilon Vaadia,
Fondateur du Centre pour la Recherche sur le Cerveau Edmond et Lily Safra (ELSC)

> Inauguré le 13 juin 2017, ce centre neuroscientifique utilise une approche particulière. Elle consiste à étudier les impulsions électriques qui parcourent les neurones et permettent, entre autres, au corps de se mouvoir dans différentes situations. À l’aide de machines et de formules mathématiques, l’activité du cerveau est cartographiée et synthétisée. Cela peut aller du mouvement d’un muscle à l’action de parler, voire même de respirer.

 

> Le Professeur Eilon Vaadia, fondateur du Centre explique : « Par exemple, nous connaissons les impulsions électriques normales liées au mouvement d’une jambe. Nous utilisons alors cette séquence connue et la mettons en relation avec les impulsions électriques du cerveau d’une personne malade faisant le même geste pour en déduire un modèle mathématique. »

 

> Un cerveau atteint par la maladie est perturbé dans son fonctionnement. Les impulsions requises pour effectuer un mouvement du corps sont alors altérées. Ces chercheurs essaient donc d’analyser ces modifications afin de développer de nouvelles solutions pour lutter contre ces maladies.

 

> Pour parvenir à son objectif, ce centre académique est interdisciplinaire : « Nous mettons en commun les connaissances de biologistes, de spécialistes du comportement et de mathématiciens, chacun spécialisé dans un domaine bien précis ! Le cerveau est complexe et il faut se donner les meilleurs atouts pour réussir à le comprendre ».

 

> Du biologiste spécialisé en circuits neuronaux aux informaticiens, physiciens et même linguistes, l’ELSC met tout en œuvre pour déchiffrer la mécanique complexe du cerveau et son interaction avec le reste du corps. Ce cadre unique permet à des spécialistes issus de disciplines tout à fait différentes de collaborer et de partager leurs expertises dans un seul et même endroit, au sein de l’Université Hébraïque de Jérusalem.

 

> De plus, le centre collabore avec d’autres centres spécialisés européens, des hôpitaux et des universités. Ensemble, ils donneront les clefs à la science de demain pour toujours faire reculer la maladie… et la vieillesse, en s’attaquant à Alzheimer.