Pourquoi ?

Nous pensons probablement que lorsqu’on mange sain et équilibré, tout va bien. C’est faux : 90 % de l’apport en vitamine D provient de l’exposition de la peau non protégée aux rayons du soleil. Nous pensons peut-être aussi, à tort, que corriger ce déficit n’est pas important, d’autant plus qu’il ne provoque que peu ou pas de symptômes.

Mais depuis quelques années, un nombre impressionnant de travaux scientifiques a dévoilé des fonctions et des propriétés totalement inattendues de la vitamine D. Elles concernent principalement l’immunité et le processus inflammatoire. Il en découle que la carence en vitamine D a de multiples conséquences.

  • Le déficit en vitamine D affaiblit la résistance aux infections, notamment respiratoires, tant chez les enfants que chez les adultes. Selon des études, Corriger le déficit en vitamine D à l’aide d’un supplément permet d’éviter 1 infection sur 2.
  • Le déficit en vitamine D augmente le risque de maladies chroniques et auto-immunitaires, comme, entre autres, l’asthme, la sclérose en plaques ou la maladie de Crohn …
     

Lorsque le déficit est difficile à corriger

Des études récentes ont montré que la prise quotidienne et régulière d’une dose physiologique de vitamine D est une stratégie plus efficace que la prise épisodique d’un dosage très élevé. Chez certaines personnes il cependant est difficile de normaliser le taux de vitamine D. L’âge, la présence d’une inflammation gastro-intestinale chronique ou une chirurgie peuvent en perturber l’assimilation. Dans ce cas, le meilleur mode d’administration de la vitamine D est le comprimé sublingual qui permet une pénétration plus rapide dans la circulation sanguine.
Aujourd’hui il n’existe donc plus de raisons de ne pas corriger ou éviter un déficit en vitamine D. De plus, la prise d’un supplément est facile et bon marché.