Avez-vous eu des signes avant-coureurs que quelque chose n’allait pas ?

Dave : « Peu de temps avant que les médecins se rendent compte que j’avais les coronaires bouchées, je me sentais un peu fatigué. Je ne bois pas et je n’ai pas un taux de cholestérol élevé. La seule explication selon les médecins était le stress. Comme je venais de perdre ma sœur aînée, je me suis dit que ce serait sans doute raisonnable de faire des contrôles, ce qu’on fait plus volontiers pour sa voiture que pour soi-même. J’ai passé tous les examens habituels. Un soir, alors que nous dînions, Marc-Olivier Fogiel m’a conseillé d’aller voir sa sœur cardiologue. Elle m’a envoyé directement à l’hôpital. Mes artères étaient bouchées à 80 %. J’ai subi un double pontage coronarien. Je n’avais aucun symptôme, comment aurais-je pu m’en douter ? À part peut-être la fatigue, mais je mettais cela sur le compte du travail et de l’âge. »

Comment se sent-on après une telle opération ?

D. : « Une fois l’opération passée, je me suis retrouvé avec les accus bien rechargés, comme une voiture dont on a fait l’entretien. J’ai repris mon travail de chanteur, cinq semaines après l’intervention. Ma cardiologue m’a dit que, pour moi, la meilleure rééducation, c’était la scène. J’en ai refait, mais pas beaucoup. C’est une opération assez lourde, mais tellement au point et, contrairement à d’autres maladies, il n’y a pas de récidive. Le professeur qui m’a opéré m’a dit que la garantie était de 25 ans ! »

Quel est le suivi ?

D. : « Je fais un contrôle tous les six mois. Lors du prochain, je vais passer pour la première fois un test d’endurance. Comme tous ceux qui ont subi un pontage, je dois continuer à prendre des médicaments. »

Quels conseils donneriez-vous pour éviter ces problèmes cardiovasculaires ?

D. : « Ce n’est pas original, mais la prévention par des examens de contrôle est importante. On néglige de s’occuper de soi alors qu’on conduit sa voiture à l’entretien. On reçoit des sollicitations pour passer des contrôles, pour le cancer du côlon, par exemple. Dans l’armée américaine, le contrôle de la prostate est obligatoire dès 40 ans. Dans nos pays, les hommes n’y vont pas facilement. Beaucoup d’hommes ne s’occupent pas assez bien d’eux. Sans le savoir, on risque des AVC (accident vasculaire cérébral). Souvent, on va passer des examens dans l’urgence. Quand on a plus de 50 ans, il faut passer les différents examens conseillés et ne pas toujours avoir une bonne raison de les remettre à plus tard. La prévention est essentielle. »

Quelle est votre actualité ?

D. : « Après avoir présenté l’émission de chansons “Du côté de chez Dave” le dimanche sur France 3, cette année, la chaîne m’a demandé de présenter une émission culturelle (théâtre, cinéma, littérature) tous les dimanches de 13 h 30 à 15 h 10, avec la journaliste Wendy Bouchard. Je me sens légittime de faire ce que je fais car, étant artiste moi-même, j’interviewe des artistes. J’ai raconté l’histoire de ma chienne Chance dans le livre “Chienne de Vie” (Editions Robert Laffont, sorti en 2016, écrit avec Patrick Loiseau, son compagnon depuis 40 ans, auteur et parolier, NDLR). Quand on a su, il y a quatre ans, que son cœur avait doublé de volume, un souffle au cœur devenu un mistral au cœur, la vétérinaire réputée mondialement nous avait dit qu’elle en avait pour un à trois ans d’espérance de vie. Elle est toujours là. C’est une miraculée. Je travaille sur un prochain album qui devrait sortir dans le courant 2017. »