Afin de la détecter, le Docteur Kathleen Thayse a développé un projet de recherche en imagerie moléculaire, soutenu par le Fonds pour la Chirurgie Cardiaque et le Fonds pour la Recherche Médicale dans le Hainaut. Interview.

 

Qu’est-ce que l’athérosclérose ?
 

Dr. Kathleen Thayse : « L’athérosclérose est caractérisée par une accumulation de lipides dans les artères, qui crée ce que l’on appelle l’athérome, une plaque pouvant causer l’obstruction du vaisseau. »

 

Quelles en sont les causes ?
 

Dr. K. T. : « Les causes de l’apparition de plaques d’athérome peuvent être multiples. Elles peuvent être génétiques, liées à l’âge, au sexe (les hommes sont plus à risque) ou au mode de vie. En effet, le tabagisme, l’obésité, l’hypercholestérolémie, l’hypertension artérielle, le manque d’exercice ou encore le diabète sont des facteurs de risque. Une fois la maladie détectée, la prise en charge du patient consiste à agir sur ces facteurs de risque par la prise de médicaments et surtout l’amélioration de son mode de vie. »

 

En quoi consiste votre projet de recherche ?
 

Dr. K. T. : « Il s’agit d’un projet d’imagerie moléculaire visant à détecter les plaques d’athérome et donc à dépister la maladie. Ce projet s’intègre dans le projet transfrontalier NanoCardio d’INTERREG, dont l’objectif est de développer une nanoplateforme, visible en Résonance Magnétique Nucléaire et en microscopie optique par fluorescence. Cette nanoplateforme cible la molécule de surface VCAM-1, un des acteurs de la formation des plaques d’athérome, permettant ainsi de prendre le patient en charge précocement de manière optimale. »

 

Quels sont les avantages de cette technique ?
 

Dr. K. T. : « Contrairement à l’angiographie, qui est la méthode la plus utilisée actuellement, il s’agit d’une technique d’imagerie non invasive. Elle implique donc nettement moins d’effets indésirables pour le patient. De plus, elle permettrait de détecter l’athérosclérose à un stade plus précoce. »