Chez certains, des turbulences d’air lors de l’inspiration apparaissent, provoquant des vibrations des parois molles de la gorge. C’est le ronflement.

Lorsque le phénomène s’aggrave, les voies respiratoires peuvent temporairement rester obstruées, empêchant totalement l’air de passer. Le dormeur s’arrête quelques instants de respirer, et c’est l’apnée du sommeil. Même si le patient ne s’en rend pas vraiment compte, cet arrêt respiratoire répétitif a des conséquences majeures sur la santé. Les apnées sont responsables de réveils partiels durant le sommeil. Ce sont les micro-éveils. Ces périodes très brèves de réveils ne sont pas nécessairement perçues par le dormeur. Elles ne provoquent pas de réveils conscients. C’est pourquoi le dormeur apnéique a l’illusion de dormir normalement. Une personne qui présente 30 apnées par heure subira environ 30 micro-éveils à l’heure, soit un toutes les deux minutes. Ces micro-éveils perturbent les phases de sommeil profond réparateur. Ce déficit de sommeil profond entraîne une fatigue matinale caractéristique et une somnolence diurne fréquente.

Les différents types d’apnées

Il existe deux sortes d’apnées :
- Les apnées par obstruction spontanée des voies aériennes supérieures, ou apnées obstructives.
- Les apnées par non-déclenchement des mouvements respiratoires par les centres nerveux, ou apnées centrales.
La quasi-totalité des patients (95 %) ayant des apnées obstructives est des ronfleurs. On peut considérer que le ronflement est un stade précurseur des apnées obstructives.

Les signes précurseurs d’apnées du sommeil

L’interrogatoire orientera souvent vers le diagnostic de bronchopathie simple (on ne fait que ronfler) ou de S.A.S. (il y a aussi la présence d’apnées). Habituellement, le sujet qui présente des apnées est fatigué. Il dort mal la nuit, et a tendance à s’endormir facilement dans la journée, parfois de façon incontrôlable. Le compagnon de nuit signale fréquemment des ronflements sonores et des pauses respiratoires, inquiétantes.

Quelles sont les conséquences les plus fréquentes des apnées du sommeil ?

- micro-éveils pendant le sommeil

- fatigue, somnolence

- irritabilité

- maux de tête

- transpiration nocturne

- risques cardio-vasculaires (hypertension)…

Le dépistage

Souvent le dormeur lui-même ignore ses troubles du sommeil et c’est via les plaintes du conjoint que celui-ci est amené à s’en préoccuper. Il ne faut pas minimiser les risques. Il est toujours conseillé de consulter un spécialiste qui selon l’importance des faits procédera aux examens adéquats. En fonction des résultats des examens et de leurs analyses, le médecin spécialiste du sommeil orientera le patient vers la thérapie et la technique les plus appropriées.