Témoignage de Michel Rosseels, atteint d’un diabète de type 1.
 

Michel Rosseels connaît bien cette maladie et pourtant, il respire la joie de vivre. Ce père de famille à la carrière professionnelle bien remplie ne se refuse aucun plaisir de la vie, à l’exception du sucre : « Il y a 50 ans, on ne pouvait presque rien manger. S’il faut toujours faire attention, de nouveaux aliments permettent maintenant de contourner le problème du sucre. Je parle par exemple des aliments complets, du stévia et de l’aspartame. » Selon lui, une bonne manière de gérer son diabète, c’est surtout de s’alimenter sainement et d’éviter les sodas et les aliments riches en graisses : « ça peut être vu comme une contrainte, mais c’est aussi l’occasion d’être en meilleure santé ! »

 

Pratique du sport

Cycliste et adepte de la natation, il voit également le sport comme une manière de gérer sa glycémie : « Ça maintient en forme et ça réduit notre taux de sucre dans le sang. Le mieux, ce sont les sports d’endurance durant lesquels on évacue petit à petit. Bien sûr, il faut contrôler son taux avant, pendant et après l’activité ! Moi par exemple, je ne quitte jamais mon Freestyle. » Cette petite machine est un des nombreux moyens existants pour contrôler le taux de glucose dans le sang. Un appareil qui le suit partout, notamment durant ses nombreux voyages à l’étranger.

 

Des précautions nécessaires

En tant que chef d’entreprise et maintenant Vice-président de l’Association Belge du Diabète, Michel Rosseels a parcouru le globe à plusieurs reprises non sans un minimum de préparation : « Qui dit voyage, dit transports, décalages horaires et nouvel environnement. Il faut donc prendre ses précautions. J’ai toujours mon insuline, de l’eau, des aliments sucrés et mon Freestyle avec moi en cas de problème mais ce n’est pas tout ! La chose la plus importante, peu importe où vous vous trouvez, c’est de prévenir votre entourage que vous êtes diabétique. En cas de problème, ils doivent être prêts à réagir au plus vite. » La clef d’une vie sans encombre, c’est aussi de s’écouter. Entrer dans une certaine routine, certes, mais doit-elle être ennuyeuse pour autant ? Certainement pas !