Quel est votre parcours personnel ?
 

Jane Constance : « J’ai 17 ans. Depuis toute petite, j’adore la musique ; j’ai évolué dans une famille de musiciens. A mes 5 ans, mes parents m’ont dès lors inscrite à un cours de chant, ce qui m’a permis de poursuivre dans cette voie. Ensuite, vu que j’aimais en plus être sur scène, j’ai eu l’occasion d’effectuer de plus en plus de prestations à l’Ile Maurice, où je vis. Jusqu’au jour où les organisateurs de The Voice m’ont découverte sur des vidéos en ligne et m’ont demandé de participer au concours. J’ai passé les présélections via Skype et, à l’automne 2015, j’ai remporté la finale de la deuxième édition de The Voice Kids dans l’équipe de Patrick Fiori. »

 

Ensuite, il y a eu votre premier album, « A travers vos yeux ». Que trouve-t-on sur celui-ci ?
 

J. C. : « C’est un album qui me ressemble, une sorte d’ode à l’optimisme, qui parle notamment d’harmonie et de ce qu’il y a de meilleur dans la vie. On y trouve des titres originaux - dont deux écrits par Pascal Obispo - ainsi que des reprises et adaptations. Parmi ces dernières, figurent « Over The rainbow », l’une des chansons les plus connues de la fin des années 1930, et « Ben » des Jackson Five, dont il est rare de pouvoir espérer un droit d’adaptation. Le titre « A travers tes yeux » est un hommage à mon père, qui a toujours été présent à mes côtés et qui m’a encouragé à réaliser tous mes rêves. Il a été écrit par Yohan Malory et Tristan Salvati. J’ai vraiment eu une très grande chance d’avoir de si grands auteurs et compositeurs pour ce premier album, sur lequel j’ai également composé l’un des titres, « Change ton regard ». A travers tous ces titres, il y a non seulement le plaisir en soi de chanter, mais aussi l’occasion de faire passer des messages, comme celui de lutter contre les préjugés. »
 

 

Comment envisagez-vous l’avenir ?
 

J. C. : « Je souhaite bien sûr continuer à chanter et ne jamais m’arrêter car c’est une véritable passion. J’ai beaucoup de projets en vue, dont la préparation d’un deuxième album sur lequel je travaille en ce moment. Parallèlement, je suis étudiante en première année de droit et de littérature à l’Ile Maurice en vue de devenir avocate. Ce choix est motivé par mon amour de la justice, au sens de « ce qui est juste ». »

 

C’est sans doute cette volonté, que l’on trouve aussi dans vos chansons, qui fait que vous avez été nommée « Artiste de l’UNESCO pour la Paix » en septembre dernier…
 

J. C. : « … Les sujets pour lesquels l’UNESCO se bat me tiennent effectivement à cœur : la paix, l’éducation, la culture, etc. Pouvoir sensibiliser le public aux actions de l’UNESCO est un grand honneur. »

 

La solidarité est un thème qui vous est manifestement très cher…
 

J. C. : « Bien sûr ! Dans la vie, nous rencontrons tous des difficultés. La solidarité permet de les dépasser. En tant qu’aveugle, j’ai eu la chance de trouver cette solidarité en premier lieu dans ma propre famille, sans laquelle je ne serais jamais arrivée là où j’en suis actuellement. Mais la solidarité n’est pas tout ! Il faut aussi et sans doute d’abord se montrer soi-même persévérant face à l’adversité ; il faut perpétuellement rester positif, se battre, persévérer, croire en soi et en ses capacités. Même le handicap ne doit pas constituer un obstacle ! »