En quoi consistent la presbytie et la cataracte ?
 

Dre Françoise Van Cauwenberge : « La presbytie est la disparition progressive de l’accommodation qui permet à la personne jeune de voir correctement à toutes les distances. Elle se marque particulièrement en vision de près et en vision intermédiaire. Pour la majorité des patients, cela commence entre 45 et 50 ans. La cataracte, elle, est une opacification de la lentille à l’intérieur de l’œil. Plus on avance en âge, plus on a de risques de l’avoir. »

 

Quelles sont les solutions autres que des lunettes pour ces patients ?
 

F. V. C. : « Si vous opérez un patient d’une cataracte et placez un implant classique monofocal, vous pouvez le rendre plus ou moins indépendant de lunettes pour la vision de loin. Pour la vision de près ou la vision intermédiaire, il aura d’office besoin de lunettes. Si le patient opéré de la cataracte désire ne plus porter de lunettes, la solution idéale est, si certaines conditions sont respectées, l’implant trifocal. Ceci offre la possibilité de voir de près comme de loin sans lunettes. »

 

Quels sont les types d’implants intraoculaires ?
 

F. V. C. : « L’implant est une lentille de remplacement du cristallin naturel. Il existe des monofocaux permettant au patient de voir à une seule distance. Le plus souvent, le patient n’aura plus besoin de lunettes, pour la vision de loin. Il existe également des implants à profondeur de champ qui permettent une vision à distance et intermédiaire, comme lors de l’utilisation d’un ordinateur. Enfin, il y a des implants trifocaux qui offrent les trois distances : de près, intermédiaire et de loin, permettant au patient de vivre sans lunettes. »

 

Tous les patients peuvent-ils bénéficier de ces derniers ?
 

F. V. C. : « Non. Ils doivent répondre à certains critères oculaires. Lorsqu’on opère de la cataracte, tous les patients reçoivent au minimum un implant à simple foyer. Pour les implants trifocaux, la sélection du patient est importante. Il pourra se voir offrir cette nouvelle technologie si aucune autre pathologie n’interfère. »